« Innover pour un Avenir Durable : Décarbonons l’activité des établissements sociaux et médico-sociaux »

Objet d’une volonté politique affichée, la décarbonation de nos activités tend vers un système plus sobre, plus soutenable, circulaire et moins dépendant des énergies fossiles. Les signataires de l’accord de Paris ont convenu de suivre une trajectoire leur permettant de devenir la première économie et société neutre pour le climat d’ici 2050.

Enjeu citoyen partagé, la préservation de notre environnement trouve écho sur le terrain professionnel.

En établissement et service social et médico-social la décarbonation permet de réduire l’empreinte carbone des activités de soin et d’accompagnement, mais aussi d’optimiser les ressources, pouvant ainsi générer des économies significatives dans un contexte économiquement tendu.

En adoptant des pratiques écoresponsables, les gestionnaires de nos secteurs contribuent à la lutte contre le changement climatique tout en améliorant la qualité de vie des personnes accompagnées ou soignées ainsi que des salariés.

Au-delà des constats globaux, cette journée permettra d’identifier les outils de mesure de son empreinte carbone ainsi que de partager les bonnes pratiques répondant aux attentes croissantes des parties prenantes en matière de responsabilité environnementale.

Ce rendez-vous, riche en témoignages, sera aussi un temps de partage des solutions novatrices développées en région. Alimentation, énergie, immobilisations, déplacements, gestion des déchets…sont autant de pistes que nous pourrons explorer à la faveur d’un avenir plus durable et respectueux de l’environnement.

Accueil café à partir de 8h30

Matin (9h-12h30)

Ouverture de la journée :  Natalia BREYSSE, directrice, Uriopss ARA

Introduction protocolaire par Pascal BLANCHARD, vice-président délégué aux personnes âgées et personnes en situation de handicap, Métropole de Lyon

Séquence 1 : Intervention de Vanessa WISNIA-WEILL, directrice du financement de l’offre, Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA)

Pour prendre toute sa part dans l’atteinte des objectifs carbone des accords de Paris à horizon 2030 et 2050, la CNSA a impulsé la planification écologique de la branche Autonomie de la Sécurité sociale, depuis mars 2023. Il s’agit d’accélérer fortement la réduction des émissions de gaz à effet de serre déjà engagée par de nombreux acteurs de la branche.   

Avec le rapport final « Décarbonons le secteur de l’autonomie » du 4 avril 2024, réalisé par le shift project en partenariat avec la CNSA et l’EN3S, la branche dispose désormais d’un jeu de leviers d’actions dont les apports respectifs à une trajectoire de décarbonation sont quantifiés.  

Nous échangerons sur les nouvelles étapes, dont cette journée évènement du 23 mai fait partie : la CNSA va avec l’ensemble des parties prenantes mener un travail pour construire la faisabilité opérationnelle des pistes présentées et leur déclinaison en feuilles de routes territoriales, évaluer les financements à mobiliser pour mettre en œuvre les leviers d’actions d’ici l’été 2024, et construire l’outillage des acteurs. 

Séquence 2 : The Shift Project: “Le secteur de l’Autonomie : pourquoi et comment décarboner ?”

En avril 2024, l’association The Shift Project publie les résultats travail de recherche collaboratif sur le secteur de l’Autonomie : ce secteur émet aujourd’hui autour de 10 millions de tonnes d’équivalent CO2 soit environ 1,5% des émissions nationales de gaz à effet de serre. Si rien n’est fait, ces émissions pourraient augmenter de plus de 40% d’ici 2050 suite au vieillissement de la population et à la hausse de la prise en charge des personnes accompagnées. La présentation sera l’occasion de présenter aux acteurs de la branche Autonomie un ensemble de leviers et d’actions de décarbonation, mais aussi de présenter une projection de l’évolution du secteur à travers des scenarios de réduction de ses émissions. En effet, par des politiques volontaristes, le secteur de l’Autonomie peut devenir résilient aux crises énergétiques et réduire ses émissions d’au moins 65% à 2050, soit atteindre moins de 3,3 millions de tonnes d’équivalent CO2.

  • Intervenants : Mathis Egnell, Ingénieur chargé du programme Santé, The Shift Project ; Pauline Denis, Ingénieure chargée de mission Prospective et Santé, The Shift Project; Baptiste Verneuil, Ingénieur d’étude à l’EHESP / The Shift Project

10h30-11h00 : pause

Séquence 3 : Intervention de Marion BRIANCON-MARJOLLET, Experte développement durable, Agence nationale d’appui à la performance (ANAP)

Séquence 4 : Mesurer son empreinte carbone en pratique : se saisir de l’outil Valor’ESS développé par l’UDES pour la transition bas carbone

  • Intervenants : Maëla VALEMBOIS, chargée de projets RSE à l’UDES et le témoignage d’un acteur de terrain (à confirmer)
    • L’UDES a développé un outil gratuit adapté à une pluralité de secteurs de l’ESS : un calculateur carbone permettant de mesurer les émissions de gaz à effet de serre de l’activité des entreprises à travers 11 postes d’émissions.  Le calculateur permet aux structures de connaître leurs activités fortes émettrices en CO2, avec une synthèse mise à disposition ainsi qu’un tableau de bord interactif. Plusieurs ressources sont mises à disposition pour accompagner les structures à travailler sur leur stratégie de réduction d’émissions. Lors de son intervention Maëla VALEMBOIS, chargée de projets RSE reviendra sur la présentation de l’outil, son utilisation, et les formations qui sont proposées. 

Déjeuner : 12h10 – 13h30

Après-midi (13h30-16h45)

Grand témoin : Dr ANNE, secrétaire général, URPS médecins libéraux Auvergne-Rhône-Alpes.

Séquence 5 : Décarbonation, quels leviers d’action pour les gestionnaires ?

Alimentation, énergie, immobilisations, déplacements des professionnels au domicile des personnes accompagnées, déplacements domicile-travail, consommation des produits de santé, gestion des déchets:

Chaque de leviers de décarbonation identifié dans le rapport du Shift Project sera abordé par le prisme législatif et économiques et illustré par des retours d’expériences d’acteurs de terrain

  • Transition énergétique : intervention de Pierre ROSTAN, coordinateur régional transition écologique et énergétique en santé » 
    • Suivi des consommations, actions « quick wins », opportunité de financement : retour sur la démarche d’accompagnement des CTEES qui mêle sobriété, performance et énergies renouvelables et sur les premiers retours d’expérience de leur plan d’action mis en place dans des établissements engagés 

  • Photovoltaïque et ombrières : intervention de Christelle GUILLET, de mission Achats et RSO chez Odyneo

  • Consommation des produits de santé : « l’utilisation de matériel médical reconditionné, un atout écologique et économique » : intervention de Nicolas LEMONNIER, responsable du développement national chez Envie Autonomie

  • Lorsque les exigences des clients et les impératifs de santé au travail amène à repenser ses modes de faire : maîtrise des températures, gestion des consommations d’eau, réduction des déchets à la source… : présentation des démarches menées au sein au sein de l’ESAT de l’association Saint Agnès (38) par Guy-Noël TIBERGHIEN, Technico-Commercial.

  • Réflexion autour des ambitions RSE pour les constructions et les réhabilitations ainsi que son application sur les opérations en cours : intervention de Emmeline PROBST, directrice du patrimoine et Laetitia Pao, Responsable RSE et Promotion des Partenariats

  • Déplacements : l’intelligence artificielle à l’appui de l’optimisation des déplacements des soignants et aides à domicile : intervention d’Amir HAJJAM El HASSANI, professeur à l’UTBM et directeur adjoint du Laboratoire SINERGIES de l’UBFC
    • L’outil développé par les chercheurs, usité sur le terrain, permet de diminuer de 27% en moyenne les kilomètres parcourus par les professionnels. Les travaux menés tiennent compte des variables liées à la qualité des soins, aux ressources disponibles, à la qualité de vie au travail ainsi qu’à la conciliation vie privée / vie professionnelle. Une combinaison gagnante ?

  • Une démarche de réduction du gaspillage alimentaire au bénéfice des personnes accompagnées en CHRS : intervention de Sylvie SEBAOUI, Directrice de la Plateforme Adultes et Insertion à la Fondation AJD et Carla SIMON, Cheffe de l’Atelier de Transformation Alimentaire d’AJD Mirly (ACI). 
    • C’est à partir de deux concepts simples et complémentaires qu’AJD MIRLY a mis en place un atelier de transformation alimentaire : les produits perdus ou gaspillés ont de la valeur : c’est cette valeur qui permet de valoriser et/ou en commercialisant des produits jusque-là jetés. La création de valeur génère parfois de la création d’emploi, que ce soit par des entreprises d’insertion à vocation sociale par des entreprises plus classiques du secteur marchand ou par des plateformes de mise en relation.  

  • …et bien d’autres encore !

Conclusion de la journée

Lieu : Métropole de Lyon, Salle du conseil, 69003, Lyon

Ce programme est amené à être enrichi.

Votre contact

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter :